Le déclin des insectes : il est urgent d'agir

Le 05/03/2021 1

Le déclin des insectes : il est urgent d'agir

Un avis important de l'Académie des sciences en date du 26 janvier 2021.

« L’érosion de la biodiversité des insectes, de plus en plus décrite et analysée dans les travaux scientifiques, représente une grave menace pour nos sociétés.

Les insectes constituent un des groupes d’organismes les plus importants et les plus diversifiés. Présents dans tous les écosystèmes terrestres et comportant plus d’un million d’espèces, ils assurent des services essentiels comme la pollinisation, le recyclage de la matière organique et une participation à la plupart des réseaux alimentaires. L’ensemble de ces services représente une valeur monétaire de plusieurs centaines de milliards d’euros à l’échelle mondiale.

Depuis plusieurs décennies, de nombreux travaux scientifiques dans des écosystèmes variés montrent des baisses très importantes et durables des populations d’Insectes, voire des extinctions d’espèces, et leur attribuent quatre causes principales. :
• la très forte conversion des milieux terrestres, avec notamment la suppression ou la fragmentation des forêts naturelles, des zones humides et des milieux herbacés ;
• l’usage croissant et non ciblé de pesticides à haute toxicité (notamment néonicotinoïdes) ;
• les effets divers et complexes du dérèglement climatique ;
• l’introduction de très nombreuses espèces exotiques envahissantes. »
Lire ci-après les recommandations de l’Académie des sciences, l’article paru dans Biologies accompagnant cet avis, le point de vue de la Société Entomologique de France.

Les recommandations de l’Académie des sciences

P1010399 lamia textor
Lamia textor (L., 1758),  Coleoptera, Cerambycidae, Gérard COLLOMB, 3/6/2014  Viriville (38), étang des Nénuphars.

« L’ Académie des sciences recommande de prendre urgemment les mesures suivantes :

• le lancement de programmes de suivi des Insectes dans différents écosystèmes permettant de préciser l’évolution à long terme des populations, ceci à l’aide de nouvelles technologies et en référence aux collections muséales.

• une réduction significative de l’usage des pesticides pour conduire à terme à leur remplacement intégral par d’autres méthodes de lutte, par exemple celles fondées sur l’agro-écologie.

• la limitation de la conversion des milieux, non seulement en préservant et en restaurant la complexité des habitats naturels mais aussi en restreignant le développement de nouveaux élevages ou de nouvelles cultures (par exemple certains sojas) qui contribuent à la conversion.

• la lutte contre le dérèglement climatique et contre les espèces exotiques envahissantes.

• la revalorisation de l’image et de l’importance des insectes au bénéfice de la Nature et de l’Humanité à travers l’engagement indispensable de la société civile.

L’article paru dans la revue "Biologies"

Pour former leur avis, les académiciens se sont fondés sur un article de synthèse publié dans les « Comptes rendus Biologies de l’Académie des sciences », et écrit par des spécialistes de la question, pas nécessairement membres de l’institution du quai Conti. 

Cet article vise à fournir un éclairage équilibré et actualisé sur le phénomène de déclin des Insectes. Il commence par décrire brièvement la classification des Insectes et leurs divers rôles dans les écosystèmes avant de présenter un état des lieux du déclin des populations d’Insectes, ses causes probables et ses conséquences écologiques. L’article se termine avec un ensemble de recommandations pour enrayer le déclin des Insectes.

Cet article est en français page 279, dans la deuxième partie de ce PDF.

L'article de "Biologies" Déclin des insectes (5.28 Mo)

Le point de vue de la Société Entomologique de France

P3010403 nacerdes xanthochroa carniolica gracilis
Nacerdes (Xanthochroa) carniolica (Gistel, 1834) & Nacerdes (Xanthochroa) gracilis (W.L.E.Schmidt, 1846), Coleoptera, Oedemeridae, Gérard COLLOMB, 15/7 au 20/8/2020 Vif (38) RNE des iles du Drac.

« Un nombre important de travaux scientifiques documente les agressions multiples qui affectent directement les populations d’insectes.
Le processus est enclenché depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Les entomologistes de la Société entomologique de France et de l’ensemble des associations naturalistes regroupées au sein du Réseau national des associations françaises d’entomologistes, [réseau dont le Club Entomologique Dauphinois ROSALIA est membre] observent tous les jours l’absence des populations abondantes qu’ils pouvaient rencontrer dans le dernier quart du XXe siècle ».

 

LIRE ICI l’intégralité du communiqué de la SEF en date du 27 janvier

GD

déclin insectes insectes pesticides académie des sciences agriculture Société Entomologique de France milieux humides engrais foret

Commentaires

  • De Neeff

    1 De Neeff Le 07/03/2021

    chers amis entomologistes
    comme nous le savons tous la défense des insectes des oiseaux et de toute vie sauvage passe par la protection du milieu naturel .c'est avec émotion que je constate abattages de haies, de de bois dans la vallée du gresivaudan depuis plusieurs mois ,de façon intensive ,le long de torrent, de l'autoroute, d'arbres sains, âges ,chênes centenaires .Ou est passée l'idée de la trace verte?ses arbres sont débités comme de vulgaire bois de chauffages meme les essences nobles ! la vallée agricole du Gresivaudan est devenue un désert entomologique! tout va empirer très vite car je ne vois aucun controle des communes (par ex:st vincent de mercuze situe dans le parc naturel de la charteuse ,que j'habite) .nous devons redoubler de vigilance. Bien cordialement a tous.Alain de neeff

Ajouter un commentaire

Anti-spam